L’échec majeur de la mise en concurrence dans l’électricité se confirme.

Les fournisseurs alternatifs, qui exigeaient plus d’électricité nucléaire d’EDF, n’en veulent plus car le prix négocié est maintenant supérieur au prix du marché de gros. Les achats à terme pour fournir des prix fixes à leurs clients se font aussi à des prix plus élevés que ce qu’on peut trouver aujourd’hui face à la baisse de la consommation.

L’État cherche à bricoler des mesures pour soutenir tout le monde en mettant des sous ici, des délais de paiements là. Avant la privatisation d’EDF, l’introduction de concurrence dans la commercialisation et la création artificielle de tous ces marchés (de gros, de détail, physique et financier, spot et à terme), ç’aurait été plus simple pour l’État. Il lui suffisait de fixer un prix adapté. EDF ne cherchait pas de profit à distribuer. Au lieu de sortir des sous, l’État se serait contenté de diminuer le résultat d’EDF.

Le recours au marché pour fixer le prix de l’électricité entraine pics de prix, spéculation et volatilité.

On ne maudira remerciera jamais assez Jean Tirole[1] pour sa théorie  des marchés contestables.


[1] Et Joskow

2 commentaires sur “L’échec majeur de la mise en concurrence dans l’électricité se confirme.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s